Le collectif TSP manifeste devant Actiris, demandant le droit de suivre des formations

DRSC Media, 2019. Taken with Huawei P30 Pro.

Le collectif TSP, militant pour les droits de travail des sans-papiers, a organisé une manifestation face aux bureaux d’Actiris à Bruxelles aujourd’hui vers midi.

Article available in English | Artículo disponible en Español

Aujourd’hui, le 24 septembre, vers midi, un groupe de personnes manifestait face aux bureaux d’Actiris à Bruxelles, près de l’arrêt de métro Madou, avenue de l’Astronomie. Un de nos employés, qui se trouvait dans le quartier à ce moment-là, a eu l’opportunité de prendre quelques photos, que voici :

Le groupe de manifestants, surveillés de loin par un policier, chantonnaient « On veut travailler, on est qualifiés », en tenant des pancartes où l’on pouvait voir une série de métiers, le tout accompagné de « prêt à travailler ». Sur la photo, il est possible de voir « boucher », « électricien » et « plombier » entre autres, le reste étant flou.

Initialement, nous nous sommes demandés s’ils faisaient partie du groupe des « Gilets Jaunes », tenant compte du fait qu’ils portaient justement un gilet jaune, avant de se rappeler que ceux-ci ne manifestent que le week-end. Dans ce cas-ci, le groupe de personnes fait partie d’une association/collectif, le « Collectif TSP », qui signifie « Collectif des Travailleurs Sans Papiers », comme certains auraient pu s’en douter. D’après les informations trouvées sur leur page Facebook, le groupe se réunissait aujourd’hui face à Actiris pour s’inscrire, de façon symbolique, aux formations des métiers en pénurie. Toujours d’après les informations sur leur page Facebook, l’événement d’aujourd’hui se tenait de 11 à 12 heures.

D’après les informations mentionnées par le collectif et nos recherches, il semblerait qu’Actiris veuille bien fournir des formations de métiers en pénurie aux personnes en situation irrégulière en Belgique, mais pour ce faire, il faudrait d’abord régulariser leur situation, chose qu’aussi bien Theo Francken que Maggie de Block refusaient il y a quelques mois. D’après eux, donner l’opportunité aux sans-papiers de s’inscrire à une formation, et par conséquent obtenir un travail, leur permettrait d’obtenir un permis de séjour, chose qui, toujours d’après les dires de Francken, ouvrirait les portes de la Belgique à tous les immigrants illégaux se trouvant aussi bien en Europe que ceux attendant leur chance de venir depuis l’extérieur, par exemple depuis le Maroc [pays cité par Francken].

Le collectif TSP prépare d’autres actions pour faire pression et obtenir les changements désirés. Ainsi, ils manifesteront le 1er octobre à 11 heures devant le cabinet de Bernard Clerfayt, ministre de l’Emploi, du Bien-être animal, de la Transition numérique et Pouvoirs locaux, et le 8 octobre, toujours à 11 heures, face au cabinet de Maggie de Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l’Asile et la Migration.

Pour ceux qui seraient intéressés de consulter les activées du Collectif TSP, voici leur page Facebook.

Plus sur ce sujet:

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*